Loire, Saint-Florent-le-Viel

Suivant: http://catherine-o.fr/?p=90

Du vent vient le haut
Du vent vient le chant des oiseaux
Du vent vient le bleu
Et les rames des grands peupliers
Et les pousses de chiendent
qui sifflent entre les doigts
La Loire presque étroite entre deux talus verts
arrive de l’est en courbes tranquilles
mouillant la roche discrète et la terre grise
abreuvant les vastes haies qui la bordent
ombragent ça une barque, là une péniche
de coque rouille de cabine blanche.
Devant le village passent les canoës safran
quelques barques à moteur dont les remous frappent les rives
perturbant le cours des flocons de kapok
qui ornent le fleuve d’entrelacs irisés.
D’un cormoran qui dérive on ne voit que le cou
et le long bec mince, puis il disparaît
sur le flot rapide et constant
de la Loire entre Ingrandes et Saint-Florent.

Précédent: http://catherine-o.fr/?p=67
One Comment

One comment on "Loire, Saint-Florent-le-Viel"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *