Minotaure

Le fleuve coule tissé de boutons d’or
Ce sont vos mains qui caressent et me couvrent d’aurores
Je me laisse dilater jusqu’à la pointe du bonheur
Sinueuse abandonnée confiante
Tapissant peu à peu les morceaux du silence
Des écheveaux d’écume où la houle en mon corps se dépose
s’interpose s’impose et se pause
Des froissements des lilas des rêves de soie, des rêves de Soi
Poreuse je deviens,
Céramique et coton,
Sable et vent,
Absorbant vos beautés j’étanche ma soif
Une parcelle d’éternité m’a frôlée
Ce sont des plumes dans le chant
des infinis possibles et doux
Immanence transcendance
deux oscillations, un même mouvement
Graphies dans l’espace qui s’élancent
Ma joie sereine au ventre
Ce sont vos regards qui étreignent ma vie
et l’enrobent de Présence
Facétieux ruisseau sur les cailloux qui crépitent .

Merci à chacune des personnes présentes lors de ces trois jours de Biodanza

Catherine OLIVE, juin 2022


Précédent: http://catherine-o.fr/?p=724

4 Comments

4 comments on "Minotaure"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *