Été

Suivant: http://catherine-o.fr/?p=713

On voudrait sous nos pas ne voir que la lumière
Pourtant ils sont semés des ombres et des rocailles
Non pas le pur granit qui chante à nos oreilles
Mais des pierres grises et sèches qui nous blessent les pieds
D’où sourdent lourdes humeurs et aveugles paroles

J’ai ouvert la porte

Alors les arbres de la forêt
Sont entrés dans la maison
Leurs branches dansantes
Leurs feuilles craquantes
Dans l’éclairage doré
des matins d’été
L’herbe qui ploie au vent
Les écorces rugueuses
Les trilles des oiseaux
Les papillons légers
Sont les fils de soie
Qui mènent doucement
Nos âmes vers le ciel.

17 juillet 2020

Précédent: https://catherine-o.fr/?p=659
0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *