Songe

Suivant: http://catherine-o.fr/?p=615

Il fait froid….Marcher encore, le corps lié au corps.

Elles avancent.

S’endorment au creux d’une roche, au creux d’un songe, son corps enveloppé par son corps, les larmes coulent dans le sable, le chagrin s’assoupit dans la nuit.

L’aube les a trouvées là, dans la rondeur splendide de l’astre. Avec la chaleur montent les odeurs de silice et d’herbes sèches. Des lézards furtifs faisaient chanter les solitudes.

Elles avancent, vont rejoindre l’infini des possibles.  Elles avancent et le désert défroisse ses pétales, le sol enveloppe leurs pieds de caresses amusées de piqûres de graines en attente.

Le grondement de l’océan ne les a pas surprises, il s’est mêlé peu à peu à leurs pas feutrés.

L’enfant a regardé la femme retourner la barque, la poser sur les vagues.

                Je t’apprendrai à pêcher

                Je t’apprendrai à voguer

La lumière du soir les a bercées à l’orée de la lagune, choyées d’arbres, la main de la petite offerte aux bavardages des étoiles. Son corps adossé à celui de l’autre n’attendait que de grandir dans les paroles confiantes.


                    Je t’aiderai à aimer

                    Je te laisserai être.






Pour Inta

Précédent:http://catherine-o.fr/?p=598
0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *