Swareba

Suivant: http://catherine-o.fr/?p=609


Assis sous le manguier               
sur le sable brûlant
 Swareba attend             
Il écoute le vent
la pâleur du temps
Les feuilles du manguier
parlent tant et tant
               Va, Swareba
               de ce pas à Dakar
               sauver ta sœur perdue
               dans les boîtes près du port
               partie chercher l’argent
            Elle se vend à l’homme noir
              Elle se vend à l’homme blanc
        l’argent n’a pas de couleur
              ou bien celle du sang
              Elle se vend aux requins
               qui lui mangent les seins
               la peau tendre des cuisses
               la lumière de ses yeux
               Coquine elle était
               Coquine elle s’éteint
               si belle et vendue
               dans les bars de Dakar
               Swareba l’entends-tu?
               Swareba qu’attends-tu?
              Prends ta houe Swareba
            Que renaisse dans ses yeux
              sur la terre des parents
             un possible printemps.

2011

Précédent: http://catherine-o.fr/?p=571


0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *